Quelques décisions de la Commission Nationale ARBITRAGE (CNA) évoquées lors de la réunion des arbitres de février 2019

 

–          suite à un tir, le but est frappé, monte à la verticale et, quand il retombe, se coince entre 3 boules qui se touchent, 2 appartiennent à une équipe et la 3ème appartient à l’autre équipe -> le but n’est pas nul et la mène n’est pas annulée (un but dans un arbre est nul), c’est le point qui est nul (le but est sur plusieurs objets du jeu qui touchent le sol), même si le but n’est pas visible du cercle (il peut être caché par une boule) ; c’est à l’équipe qui a joué en dernier de jouer (et alternativement tant que le point est nul),

 

–          c’est toujours l’équipe qui a joué en dernier qui mesure en premier, sauf après qu’une équipe ait joué sa dernière boule -> c’est l’équipe à qui il reste des boules qui mesure,

 

–          l’équipe B ramasse le but sans s’assurer que l’équipe A ait reconnu qu’il n’était pas valable -> c’est l’équipe A qui relance le but (A ne place jamais le but et B ne le lance jamais),

 

–          l’équipe B place le but et joue, à tort, la 1ère boule -> cette boule est annulée et le joueur fautif reçoit un carton jaune,

 

–          en tête-à-tête, une joueuse A a 12 points, le point par terre et une boule en mains, son adversaire B joue et gagne le point, ne se souvient pas qu’il reste une boule à jouer à la joueuse A et joue sa dernière boule qui va très loin du but et ne comptera pas pour la marque, la joueuse A ramasse le but et sa boule en disant qu’elle a gagné, mais la joueuse B dit qu’elle avait gagné le point à son avant-dernière boule et que son adversaire n’avait pas à ramasser le but et la boule -> c’est la joueuse A qui a commis la faute car elle n’avait pas à ramasser la boule et le but avant le décompte des points et, donc, comme la faute ne profite jamais à celle qui l’a commise, c’est la joueuse B qui marque 1 point,

 

–          2 équipes arrivent en retard à la reprise -> c’est la 1ère équipe qui, avec l’addition des points de pénalisation, perd la partie (quand, son adversaire se retrouve, le premier, à 13 points – ou 11 selon la partie -) ; exception : les 2 équipes sont éliminées si elles avaient le même nombre de points et elles ne sont pas arrivées quand le score maximal est atteint avec les points de pénalisation,

 

–          buts OBUT, de couleur noire pouvant être ramassés avec un aimant ou VMS sont labellisés et autorisés par la FIPJP -> on ne peut pas les interdire, même si leur poids > 18 g,

 

–          cercles matérialisés non fournis par les organisateurs -> c’est l’équipe qui a gagné le tirage au sort qui utilise son cercle, si elle n’en a pas, elle est obligée d’utiliser celui de l’équipe adverse,

 

–          lancer du but non valable (1 seul jet à la pétanque) -> l’équipe adverse le pose, ne le pousse pas avec les pieds et le met obligatoirement à une distance règlementaire (pas de carton jaune au joueur fautif, sauf si ce problème se renouvelle au cours de la compétition avec le même joueur),

 

–          carton rouge après multiplication des fautes au cours d’une partie -> exclusion de la partie du joueur fautif (il peut rentrer à la partie suivante si son équipe est toujours en course ou à un complémentaire payant, ce dernier étant considéré comme une autre compétition),

 

–          carton rouge pour insultes -> disqualification de la compétition pour le joueur fautif (et des concours parallèles qui en découlent, le jour-même ou les jours suivants),

 

–          jury -> penser à afficher sa composition avant le début de la compétition (3 membres minimum, pour un concours départemental par exemple : l’arbitre, le teneur de la table de marque ou graphiqueur qui doit être licencié, le Président du club organisateur ou à défaut un membre du bureau du club (Vice-président, trésorier, secrétaire…) qui ne doit pas jouer et qui doit être présent jusqu’à la fin de la compétition),

 

–          un cercle de lancement n’est pas à 1 m d’un obstacle (y compris des planches ou madriers servant d’arrêt de boules) -> si l’arbitre s’en aperçoit avant le jet du but, il doit obliger à mettre le cercle à la distance règlementaire ; si le but a été lancé (réclamation de l’équipe adverse par exemple), c’est l’équipe adverse qui refait le cercle ou qui pose le cercle matérialisé à la distance réglementaire et qui place le but,

 

–          après mesure de l’arbitre qui donne le point nul, un joueur de l’équipe qui a joué en dernier tire une des 2 boules les plus près du but et fait casquette, l’arbitre appelé donne, à nouveau, le point nul -> c’est à l’équipe adverse de jouer (et alternativement tant que le point est nul) car, même si la boule a bougé, le point qui était nul est toujours nul ; il n’y a pas eu de changement (ce n’est pas à l’équipe du tireur de rejouer),

 

–          dans une rigole au milieu d’un terrain libre, 2 boules touchent le but, le point étant nul, un joueur de l’équipe qui a joué en dernier pointe fort, tamponne tout, et, plus loin dans la rigole, les 2 mêmes boules touchent le but -> comme précédemment, c’est à l’équipe adverse de jouer (et alternativement tant que le point est nul) car, même si tout a bougé, le point qui était nul est toujours nul ; il n’y a pas eu de changement (ce n’est pas à l’équipe du pointeur de rejouer).